Le Bénin à la une!!!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LA FRANCE TOUJOURS COLONIALISTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BERNY
Ma'ario amouloudou
Ma'ario amouloudou


Nombre de messages : 115
Localisation : neuf-marche
Date d'inscription : 25/02/2006

MessageSujet: LA FRANCE TOUJOURS COLONIALISTE   Ven 19 Mai - 9:33

MONSIEUR NICOLAS SARKOZY AU BÉNIN



Par Olympe BHÊLY-QUENUM



Revenir à soi, ce n’est pas s’installer chez soi, fût-on dépouillé de tous acquis ;

c’est, comme un étranger, être pourchassé jusqu’à chez soi,

contesté dans son identité et dans sa pauvreté même.



Emmanuel Levinas.

Entre-nous. Essais sur le penser-à-l’autre.





Monsieur Nicolas SARKOZY, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, président de l’UMP effectuera un voyage au Bénin ; à quel titre ? ministre d’Etat ? président d’un parti politique ? touriste ? S’il y est en tant que touriste, il n’y aura aucune différence entre lui et les autres touristes ; président d’un parti politique français, il y sera accueilli par les militants de ce parti présents sur le sol béninois, qu’ils soient Africains ou Blancs : le Bénin est un pays d’accueil, de courtoisie et de gentillesse ; les tout premiers Blancs débarqués sur la terre de nos ancêtres les Nègres étaient Portugais et une foultitude de leurs descendants y vivent de générations en générations depuis des siècles. Ce n’est pas au Bénin qu’on ferait une dichotomie entre les citoyens béninois en montrant du doigt une catégorie spécifique.

Je souhaite que monsieur Nicolas Sarkozy, s’il venait au Bénin en tant que ministre d’Etat représentant de la France, qu’il y soit reçu avec la courtoisie et la gentillesse qui, avec la béninoiserie, sont des idiosyncrasies de nitre peuple ; sans plus : pas de danses traditionnelles, ni liesse populaire, etc. Il y va de la fierté et de la dignité de notre peuple de ne jamais s’incliner devant quelqu’un, ni de se réjouir en l’accueillant, après qu’il a eu péroré par deux fois : «Il y a plus de médecins béninois exerçant en France qu’au Bénin ».



On ne sait pas si monsieur Sarkozy rentrait d’un voyage en Afrique où il aurait subi une agression de mouches tsé-tsé, quand il a eu l’idée géniale de pointer son index vers la catégorie de citoyens français que sont en France les médecins béninois ; le Dahomey, devenu Bénin, était une colonie française ; si le droit d’aînesse existait dans la nationalité française, il serait opportun de souligner que nombre des médecins béninois exerçant en France sont Français avant monsieur Sarkozy. Voilà une réalité qu’on ne devrait pas oublier, mais foin d’une telle réalité quand le mépris et la xénophobie sont en action dans le tréfonds de ceux qui, à pas feutrés, avancent vers la xénophobie, l’exclusion et un racisme caractérisé en parlant d’immigration sélective, d’intégration, et tutti quanti.



Les propos de monsieur le ministre de l’Intérieur m’avaient fait réagir en soulignant qu’après les médecins, ce serait les avocats, les ingénieurs, les retraités béninois qui seraient plus nombreux en France qu’au Bénin natal ; monsieur Sarkozy aurait-il omis que ces médecins-là sont français ? Il est vrai qu’ils sont avant tout des Nègres ; monsieur le vicomte de Villiers lui a vite emboîté le pas. Birds of a feather flock together ; je préfère le dicton anglais au français « qui se ressemble s’assemble » : physiquement, physiologiquement, monsieur Sarkozy et monsieur le vicomte de Villiers sont les deux faces d’une médaille ; mais sur le plan politique, leur feather, leur plumage, c’est de plus en plus blanc bonnet et bonnet blanc ; alors ils se copient, expriment les mêmes idées dans leurs caresses aux électeurs de droite et de l’extrême droite, recourent au même vocable en parlant des pays africains, notamment du Bénin.

A Télé Matin (France 2) monsieur le vicomte a fait état de l’aide que lui-même ou la Vendée apporte au Bénin où il fut heureux d’être accueilli par de petits Béninois agitant le drapeau français. Je ne fais jamais ostentation de mes dons ; en parler à la télévision est vaniteux. Qui, au Bénin, avait demandé quoi à monsieur de Villiers? Voilà qui me révolte et j’exhorte mon pays à cesser d’accepter des dons permettant de l’humilier.



Le candidat Yayi Boni faisait sa campagne électorale en ressassant le mot Changement ; j’ai appelé le peuple à voter massivement pour Yayi Boni ; l’ex-candidat élu président de la République du Bénin devrait…doit prouver qu’il y a un début de changement, en n’invitant pas le peuple à se mettre en liesse pour accueillir celui qui avait montré du doigt, comme s’ils étaient des pouilleux, des galeux, des mafieux, les médecins béninois dont les grands-pères, pères ou oncles avaient, au nom de la France alors Mère Patrie, fait des guerres qui n’étaient pas celles des Nègres ; ceux qui y ont été zigouillés l’ont été à la merci de cette Mère Patrie ; les rescapés, diminués, éclopés, perçoivent de honteuses retraites discriminatoires.



Il faut le dire aussi : si, non seulement l’œil en coin, mais aussi en pérorant, un ministre de l’Intérieur français attire l’attention du peuple français sur des Africains, citoyens français parfaitement en règle avec la législation de l’ex-Mère Patrie, il serait temps que, légitiment, les chefs d’Etat africains se préoccupent des sans-papiers Gaulois qui sont légion en Afrique : huit ans d’enquêtes sociologiques sur le terrain objectif m’avaient permis d’appréhender ce problème sommairement décrit dans un roman (C’était à Tigony, édits Présence Africaine) dont quarante-cinq exemplaires envoyés (service de presse) à des journaux de l’Hexagone l’ont été en pure perte ; je le savais mais il faut l’expliciter : il y a des problèmes africains auxquels ne devraient pas toucher les écrivains africains qui ne caressent pas dans le sens du poil, n’exécutent pas des ronds de jambe et abhorrent la servilité.



Benoît Illassa a vu juste en écrivant, à propos de ma riposte contre la déclaration de monsieur Sarkozy : « Seul le doyen Olympe B. QUENUM avait alors pris sa plus belle plume pour écrire aux journaux français. Depuis, il a été censuré par les médias français. »

Je remercie mon compatriote de rappeler l’attitude des médias français à ce sujet ; mais mieux qu’une censure, l’ostracisme remonte à la publication de C’était à Tigony ; voici ce que j’écrivis au Rédacteur littéraire d’un quotidien parisien que je lisais depuis sa création, dont j’étais un abonné et que je ne lis plus :






« […] Pour ne pas aller trop loin dans les témoignages de gentillesse, je citerais une personnalité du Haut lieu qui préfère garder l’anonymat :

« …votre Dorcas est magnifique ; splendide, Myriam l’Ethiopienne qui déclame en hébreu le Cantique des Cantiques et la Haggadah ; vous donnez, cher Ami, l’impression d’avoir connu vos personnages ainsi que le terrain sur lequel vous les faites agir ; j’ai beaucoup apprécié la pertinence de l’ observation d’Aristote et l’esprit d’à-propos de ce journaliste irlandais ; bref, votre roman, très charpenté, est beau, fort bien écrit et, vous connaissant un peu, j’ose dire que son efficacité tient de votre personnalité…A cause du cynisme avec lequel vous avez peint ce Gaëtan chargé de tout (j’en doute d’ailleurs car il en reste certainement dans vos fichiers) ce que vous avez pu constater -vous êtes fondamentalement un homme des constats- ou pu endurer dans la fonction publique internationale, je serais étonné que la presse française fasse bon accueil à C’était à Tigony. Géographiquement, où se trouve cette ville ? »



« Eh bien, pas une ligne d’écho dans les 45 journaux, magazines et chaînes de TV auxquels des exemplaires de service de presse ont été adressés. Conspiration du silence ? Je ne crois pas ; indifférence ? Peut-être, mais je suis mithridatisé ; à la mort de Mongo Béti, LIBE m’a envoyé, comme à bien d’autres, un e~mail pour connaître mon témoignage à son sujet ; RFI m’avait appelé peu après l’annonce de son décès et j’avais dit mon estime et mon chagrin. Quand viendra mon tour, il serait préférable que perdure le silence. »

*

Voilà ce qui se passe quand, ancien professeur de lettres, écrivain ayant travaillé pendant des années autant à l’ancrage qu’à l’expansion de la langue française en Afrique - notamment anglophone- on a la fierté et l’orgueil de n’être ni cloporte, ni ver de terre. Je suis convaincu que dans l’Hexagone où je vis avant la naissance de monsieur Sarkozy et de monsieur le vicomte de Villiers, le moment viendra, assez vite, où les birds of a feather en arriveront à demander ce que font en France les vieux Nègres de mon espèce, qu’ils soient médecins, banquiers, avocats, industriels, retraités ou éboueurs.



Je ne veux pas m’insurger contre le jeune gouvernement de mon pays, après m’être battu pendant les deux dernières magistratures Kérékou, pour qu’il y ait un changement en profondeur ; mais je dis et l’écris : j’invite le peuple à la désobéissance civique si le gouvernement lui demande de se revêtir de ses beaux atours ou de danser pour accueillir monsieur Sarkozy, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur.



Olympe BHÊLY-QUENUM

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HONORE
CO-ADMINISTRATEUR
CO-ADMINISTRATEUR


Nombre de messages : 581
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: LA FRANCE TOUJOURS COLONIALISTE   Ven 19 Mai - 11:19

BERNY a écrit:
Je souhaite que monsieur Nicolas Sarkozy, s’il venait au Bénin en tant que ministre d’Etat représentant de la France, qu’il y soit reçu avec la courtoisie et la gentillesse qui, avec la béninoiserie, sont des idiosyncrasies de nitre peuple ; sans plus : pas de danses traditionnelles, ni liesse populaire, etc. Il y va de la fierté et de la dignité de notre peuple de ne jamais s’incliner devant quelqu’un, ni de se réjouir en l’accueillant, après qu’il a eu péroré par deux fois : «Il y a plus de médecins béninois exerçant en France qu’au Bénin »
Est ce que nous nos ministres ou nos chefs d'Etats sont reçus avec l'honneur du à leur rang? En tout cas, le chef d'état a compris et a envoyé quelques ministres l'accueillir.
Lui, est ce qu'il est venu au Bénin pour connaître le nombre de Medecins qu'on a???? Sako, tu es fort quoi....

_________________
Toujours combattu mais jamais battu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://honore.skyblog.com/
jojo
Adjèran kitikpa
Adjèran kitikpa


Nombre de messages : 559
Localisation : Lille
Date d'inscription : 20/01/2006

MessageSujet: Re: LA FRANCE TOUJOURS COLONIALISTE   Ven 19 Mai - 20:08

Il est venu pour faire rentrer les médecins béninois qui sont en FRANCE!!! ILS VONT TOUS SOUFFRIR OUI!! les plus grands médecins et chirurgiens des grands hôpitaux de la France sont pour la plupart des Béninois et des étrangers qui ont commencé à exercer avant que Sarko ne sorte de je ne sais où!! laissez le se défouler un peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
letayo
Novice
Novice


Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 01/02/2006

MessageSujet: Re: LA FRANCE TOUJOURS COLONIALISTE   Sam 20 Mai - 0:38

Je suis tout à fait d'accord avec tout ce que j'ai lu jusque là!
Tout ce que nous autre nous cherchons en allant en France c'est faire de bonnes études et rentrer construire notre pays
Alors j'exorte tout un chacun a comprendre qu'il est important de rentrer au pays quand on n'a plus rien à faire là bas!
le changement véritable commence par là!
Ces gens ne nous respectent pas même si nous leur apportons beaucoup!
le pays a besoin de nous
on est peu être mal payé mais on vit mieux dans notre trou!

Il faut que cette humiliation cesse c'est trop et ça dure depuis trop longtemps!
respectons nous un peu et faisons nous respecter! le béninois est fière!
tant pis si c'est un défaut car c'est aussi une force!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
delvaso
Baba n´la
Baba n´la


Nombre de messages : 1339
Localisation : Vanves
Date d'inscription : 21/01/2006

MessageSujet: Re: LA FRANCE TOUJOURS COLONIALISTE   Sam 20 Mai - 3:50

la france est un grand pays colonisateur tout le monde le sait mais moi je trouve que le vrai problème est qu'il n'ont prendre soin de bien enseigner l'histoire sur la colonisation et je pense que si l'histoire est bien enseigner le reste suivra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.benin.cultureforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA FRANCE TOUJOURS COLONIALISTE   Aujourd'hui à 15:14

Revenir en haut Aller en bas
 
LA FRANCE TOUJOURS COLONIALISTE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Egungun.net :: ACTUALITE :: ACTUALITE INTERNATIONALE-
Sauter vers: